Review du Blaser R93 King Arms par Groquik

Aparté RS Blaser R93

Ce modèle tactique est issu du mécanisme mis au point par les armuriers de la firme allemande Blaser en 1993 ce qui a donné son nom au Blaser R93. Ce fusil à verrou est initialement prévu pour les chasseurs ou tireurs.
La grande originalité de ces modèles réside dans le concept du réarmement en ligne de la culasse, celle-ci étant verrouillée au niveau de la chambre par une série de lames concentriques. Ce système permet une meilleure rapidité lors du rechargement et les performances issues des versions sportives vont rapidement intéresser les unités spéciales, ce qui se concrétisera par la fabrication du modèle Tactical. Le design général de cette carabine basé sur un châssis poutre, concept permettant une meilleure modularité tout en gardant une précision redoutable.

blaser et blaser

Le modèle fabriqué par KING ARMS / CYBERGUN est une copie du LRS pour Long Range System.
Enfin une réplique qui change des sempiternelles M700 et consœur, Hitman nous voila !

A la réception, le colis envoyé par Airsoft-centre est emballé par plusieurs épaisseurs de papier bulle recouvert de film noir : rien à redire.

reception du colis blindé

Une fois ce cocon retiré, on aperçoit le carton rouge et noir avec, en gros plan, la réplique et ses caractéristiques.
A l’ouverture du carton apparait le bolt démonté, proprement rangé dans les emplacements découpés à cet effet. Ce qui impressionne c’est la manière propre, voir professionnelle de ce rangement, on se croirait dans la peau de l’agent 47 prêt à commettre sa triste besogne, il manquerait juste le logement pour la lunette. Dans la boite on trouve une notice en anglais couché sur un beau papier glacé expliquant l’utilisation, l’entretien et les consignes de sécurités et une autre sur le même principe traduite en 3 langues dont le français. Se trouve également un bb-loader avec un embout adapté au chargeur, quelques billes, une clef Allen et la tige de nettoyage.

le contenu de la boite avec en bas la baguette de nettoyage

Premier réflexe : monter la réplique. Pour se faire, rien de compliqué, on monte le receiver qui se fixe par une vis Allen qui passe de bas en haut de la réplique, on procède de même pour le bull barrel.

IMGP0562

Le concept de blocage par un téton métallique, comme un tenon, permet de bien positionner les éléments et de garantir l’absence de mouvement, même si le filetage du pas de vis venait à souffrir.
La rigidité de l’ensemble une fois fixé ne souffre pas de défauts.

systeme de tenons verrouillage

Ensuite on introduit le bloc culasse en le glissant à 90° le tout en appuyant sur la détente et la pièce qui solidarise l’ensemble trigger – cylindre, il reste à tourner la culasse de 90° pour bloquer l’ensemble et verrouiller la culasse.

IMGP0569

Le bolt ainsi monté change des modèles précédemment vus en airsoft, de part sa conception en châssis poutre avec canon flottant, ce qui a pour but en RS de limiter les vibrations au maximum et donc, d’améliorer la précision des tirs et donne un look résolument moderne à ce modèle. Il est à noter qu’aucun organe de visée mécanique n’est présent sur le Blaser, il vous faudra donc acheter une lunette pour pouvoir l’utiliser, ce qui parait plus que logique pour une réplique longue distance.
J’ai monté une 3-9*40 Leapers pour les essais.

A la prise en main la matière semble bizarre, une sorte de plastique caoutchouteux fixé en sandwich sur le châssis métallique néanmoins ce plastique ne grince pas et le corps du bolt est bien rigide, ce qui est essentiel.

aspect caoutchouteux

On note quelques traces d’injection surtout au niveau des demi-coques qui composent la crosses, un rapide coup de papier de verre aura vite fait de les faire disparaitre. La plupart des pièces sonnent creux : crosse, châssis et garde main tout cela surement pour alléger au maximum le poids.

appui joue creux

Une fois épaulé l’ensemble se révèle bien ergonomique, la possibilité de régler la crosse en débattement vertical et l’appui joue permet à chacun d’y trouver son compte. Sous le garde main on trouve un rail comme ceux qui équipent les carabines de compétition permettant d’y insérer le support bi-pied (fourni), ainsi celui-ci peut être placé où bon vous semble. A cela s’ajoute en complément un monopod arrière fixé dans la crosse dont la hauteur est ajustable.

reglage appui joue

Le gros point noir esthétiquement concerne le frein de bouche qui non seulement est moche, on dirait un frein de bouche de tommy 1928, mais qui plus est en plastique, pour une pièce qui va forcement prendre des chocs car placé à une extrémité je trouve cela limite.

IMGP0553

Aucun point de fixation pour une sangle et même chose à l’avant, il faudra bricoler quelque chose.

Les marquages sont ceux officiels, Cybergun ayant acquis les droits auprès de Blaser, on retrouve des 2 cotés un médaillon gravé avec la mention «  mod R93 UIT BLASER » on trouve également un numéro de série sur le receiver, qui, après vérification, s’avère être unique.

marquage blaser R93 UIT

les corps à noter les numéros de série differents

Dans les entrailles de la bête

La particularité principale de cette réplique c’est son rechargement straight pull aussi appelé push pull.
Le principe est simple : on tire la culasse en arrière pour réarmer le ressort, en la repoussant on chambre la bille et il n’y a plus qu’à presser la gâchette. Le système de trigger, est full métal ce qui est gage de solidité. Particularité : il est spécifique à ce modèle.

systeme trigger

En effet la partie métallique de verrouillage du piston (le sear) s’efface verticalement et non en basculant comme sur la plupart des bolt.
Quel est l’intérêt ? Pour l’instant je l’ignore.
Le hop-up est, sans surprise, un modèle BAX 2ème génération, spécifique de chez Cybergun, le tout monté sur un système propriétaire. La petite tige plastique cranté vous permet de régler au plus précis l’effet du hop-up, sans avoir à démonter le chargeur. Ce qui est un très bon point.

hop-up à tirette

Le chargeur parlons en, il s’agit d’une pièce bien plastique prévu pour tenir 50 billes.. oui oui 50 billes pour un bolt, c’est une première (!) … si l’on excepte le modèle hi-caps de A&K (pour SVD) où les billes font bling bling à chaque mouvement. Ici donc pas de bruits parasites et l’assurance de ne pas manquer de billes sur une OP, ceci avec un seul chargeur !  Par contre son positionnement me parait délicat vu qu’il est placé dans le creux entre le garde main et le canon flottant je crains que sur le terrain, un branchage ou autre se coince facilement à ce niveau. Pour avoir discuté avec un responsable de Cybergun le positionnement s’imposait avec 2 contraintes : être en avant du nozzle du cylindre et surtout respecter les cotes du modèle RS. Autrement le chargeur se place facilement dans son logement et se déverrouille via un ergot poussoir sur la réplique, il y a un léger jeu mais rien de dramatique.

IMGP0993

Le canon monté dans la réplique est un modèle standard, compatible AEG, il mesure ici 495mm pour 6.04mm d’alésage, d’après mon pied à coulisse. A noter qu’il y a un ersatz de barrel spacer entre le canon interne et externe, le canon interne étant fixé par le hop-up, le pseudo spacer et l’extrémité en sortie de canon externe.

longueur du canon

IMGP1000

Place au tir

Première chose, vérifier que toute la visserie est bien serrée et comme sur ce modèle il y a quelques (doux euphémisme) pas de vis, prévoyez donc le temps nécessaire. Cette petite précaution vous permettra d’éviter de perdre des pièces et surtout d’avoir une réplique plus précise car moins soumises à des jeux ou vibrations.

Graillée en 0.20g, je soumets la réplique à l’épreuve du chrony, en fait je soumets les répliques, car un ami à également acquis le Blaser.
Avec la réplique de l’ami, sur 20 tirs, nous avons les extrêmes suivants : 400 à 412 fps avec une moyenne à 404 fps. Avec la mienne les extrêmes sont : 442 à 463 fps avec une moyenne à 456 fps.

Soit 12 fps d’écart dans son cas, avec une puissance proche des 400 fps, contre 21 fps d’écart pour moi avec une moyenne très proche de la limite des 2 joules -> 1.92 J.

Niveau sensations le réarmement de la culasse est très agréable et s’effectue de manière rapide du fait du réarmement en ligne, par contre contrairement à une version réelle, ici impossible de garder l’œil sur la cible, la force nécessaire pour réarmer le ressort ne permet pas de garder l’œil à la lunette.
La réplique bien bloqué sur un chevalet de tir je vise la cible de réglage à 20 mètres pour régler le zérotage de la lunette. Après un demi chargeur, il s’avère que le résultat est très correct pour une réplique en sortie de boite, le carton ci-dessous effectué à 20 m donne un groupement de 10 cm sur 12 cm.

tir 20 metres

Place donc a des essais en extérieur sur une distance plus grande, ce qui permettra également de voir ce que donne le hop-up. La cible est désormais placée à 50 m a cette distance je mets tout dans une cible type C50. Le hop-up effectue correctement son travail avec les grammages allant de 0.25 à 0.38g, ensuite il est à la peine, il faudra sans doute prévoir de le modifier ou au moins de changer le bucking. Je suis en train de le régler pour tester en portée ultime, quand le drame arrive j’entends un crack et au réarmement, plus rien ne tient : démontage du cylindre et rapide verdict tige guide ressort cassée !

Et la fiabilisation fut..

Première chose à faire, démonter la tête de cylindre et là c’est le drame ou pas. Pour démonter le cylindre les choses sont parfois impossibles.
En effet, certains cylindres sont fixés avec une super glue redoutable. J’ai essayé de démonter le mien d’abord en force : le cylindre vrillait sur lui-même mais la tête de cylindre n’a pas bougée. J ai donc chauffé la pièce pendant quelques minutes pour faire fondre la colle .. bilan encore négatif !!
Je me suis donc tourné vers Cybergun qui m’a fourni un cylindre sous une semaine. Le cylindre est spécifique à ce modèle, le diamètre est plus fin qu’un modèle d’APS-2 mais plus large que celui d’un VSR et niveau m24 : c’est la longueur qui ne correspond pas.

cylindres aps -vsr et r93

Bref une fois le cylindre reçu, je me suis attaché à voir s’il se démontait, et là bonheur : c’est le cas.

composition des elements du cylindre

Alors niveau upgrade, le diamètre spécifique du corps nécessite un piston spécifique .. CQFD.
Par contre votre guide ressort d’APS-2 ou M-24 se monte sans souci et les ressorts également.
Une fois cette pièce changée, je retourne au stand pour quelques tirs et autre souci : le guide doit légèrement décaler le piston qui n’accroche plus le sear, ou très mal. On se retrouve à ne pas pouvoir bloquer le piston ou pire avoir un piston qui part au moindre choc, entrainant une bille de fort grammage à 450 fps, en terme de jeu cela peut avoir de très fâcheuses incidences !! . Hop, on re-démonte le tout et on regarde les forums de snipe et on remercie LYNX SPAS 44 qui propose une petite solution pour éviter ce problème.
Il suffit d’avoir sous la main une mini perceuse et d’augmenter l’accroche entre le sear et le piston. En limant de quelques degrés on « bloque » le glissement possible en effet la pression aura tendance à maintenir le sear bloqué sur le piston. Passage au stand ça marche ! Mais vu la qualité du piston dans le même plastique que celui du guide ressort j’aurais tendance à acquérir le piston métal promis des qu’il sera disponible.

bricolage piston et sear

retouche pour mieux bloquer le piston

On repasse en phase de tir avec le cylindre réparé, les résultats sont identiques à ceux préalablement obtenu. Par contre, il m’a fallu re-zéroter la lunette ? À t elle bougé dans le sac de transport ou le démontage de l’ensemble receiver n’est pas aussi verrouillant que ce que j’avais cru ?

A 50 mètres, j’arrive à toucher une bouteille d’eau de 1.5 litres 1 fois sur 4, la bille dévie aléatoirement de quelques centimètres d’un tir à l’autre, cela vient probablement du canon d’origine qui pourrait être changé pour une version plus précise mais avoir un groupement correct sur un buste à 50 m relève déjà d’un produit de bonne facture techniquement. Au niveau du grammage, il me semble que le 0.36g reste la meilleure option, les billes plus légère on tendance à voler et avec du 0.43g : le hop-up d’origine est à la peine.

Après le stand de tir nous allons tester cette réplique en partie.

Une des choses que l’on remarque rapidement c’est l’absence de moyen de fixation d’une sangle. Ce n’est pas la première fois que je teste un bolt dépourvu de fixation (Cf. DSR-1) mais c’est toujours aussi embêtant.

Le Blaser R93 est un modèle adapté au tir en club il n’y a donc pas de rail RIS où l’on aurait pu monter un anneau grenadière … alors comment faire ?

L’astuce appliquée est relativement simple j’ai tout simplement fixé des serflex avec une boucle pour pouvoir y fixer la sangle. Une à été fixé au niveau du verrouillage du monopod arrière, qui a mon sens ne servira jamais en partie pour des raisons de poids, utilité et temps de mise en place. J’ai fixé l’autre serflex au canon, car pas de points d’accroche sur le garde main. Vu la rigidité du bull barrel ou canon lourd en français je ne pense pas que cela entraine une modification des points d’impacts en jeu.

IMGP0991

Après une série de ramping, prise de visée, rechargement (j’avais volontairement limité le nombre de bille dans le chargeur pour vérifier la facilité à changer celui-ci sous un feu ennemi) voici les conclusions.

Lors de la présentation du modèle une de mes principales craintes venait du fait que le chargeur passait par une partie ouverte de la réplique entre le canon et le garde main, comme cette partie fait une entaille je voulais savoir si cela n’allait pas se coincer dans les ronces, petits branchages et autres. Il s’avère au final que cela n‘est pas trop le cas et si jamais une ronce s’y met le chargeur n’est pas décroché de la réplique. Même sur un rechargement tant que l’élément extérieur (branche, feuilles, …) n’est pas positionné sur la partie protubérante du chargeur par laquelle les billes montent il n’y a pas de soucis.
La prise de visée est bonne notamment grâce aux réglages de l’appui joue et l’ergonomie d’ensemble de la réplique, j’apprécie beaucoup de centre de gravité plutôt reparti à l’arrière. La culasse en ligne est réellement un bonheur à manipuler, la poignée de culasse droite permet une bonne prise en main et on regrette rapidement cet ensemble en repassant sur un bolt classique.
Au niveau du rechargement en situation de « stress », après quelques essais, on prend rapidement le coup. En fait il suffit de d’introduire le chargeur dans l’ouverture puis de le glisser vers avant arrière en appuyant dessus et il prend naturellement sa place. Par contre je déconseille avec des gants car l’espace est assez fin et il faut un minimum de « toucher » pour bien le sortir du logement et le remettre en place. J’ai eu l’occasion de faire quelques jolis tirs où le R93 n’a pas démérité face à d’autres bolts plus upgradés.
Une remarque quand même, se situe au niveau du bruit assez important que le LRS 1 produit, au retour j’ai donc essayé de monter un silencieux mais il faut un adaptateur spécifique avec un embout mâle d’un diamètre proche de 19 mm.
En terme de portage, le système d’accroche de sangle dont je parlais plus haut s’est très bien comporté en terme de confort et d’efficacité, il faut juste s’assurer que le bolt se positionne sur votre dos par le coté gauche car la poignée de réarmement droite dépasse de 65 mm et donc appuie fortement dans le dos. Cela est également à prendre en compte quand vous rangez le bolt dans un sac de transport.

Et si on l’upgradait ?

A l’heure actuelle, il n’existe pas beaucoup de possibilité d’upgrade en termes de pièces spécifiques. A savoir une paire de barrel spacers, un spring guide métal sur roulement, quelques ressorts, une tête de piston, l’adaptateur de silencieux auquel je faisais référence et des chargeurs en spare. King Arms nous a promit un piston qui se fait attendre, à l’heure où vous lirez cet article un ensemble cylindre piston devrait être disponible sur le marché.
En termes de précision, comme le hop-up est compatible AEG, il vous suffit de prendre n’importe quel canon en 495 mm pour resserrer le groupement.

Au final

Cybergun & King Arms nous sortent un modèle qui rompt avec la production actuelle, et un bol d’air frais : cela fait du bien !
Les amateurs de complexe urbain trouveront désormais un produit avec un look qui cadre à leur terrain de jeu, le tout avec une mécanique efficace permettant de bons shoot en sortie de boite mais qui nécessitera obligatoirement de changer la tige guide piston puis plus tard le canon, ce qui correspond à un budget d’environ 60€ à prévoir en sus.

– Groquik –

www.sniperland.net

Recherche qui ont permis de trouver cet article:

  • エージェント47 r93
Category(s): Article, Bolt spring
Tags: , , , , , , , , , , , , , ,

4 Responses to Review du Blaser R93 King Arms par Groquik

  1. Peut être le bolt qui va provoquer mon retour chez le snipers.
    Quel est son prix ? … (bon, je le connais mais la question va forcement être posée un jour ou l’autre)

  2. Bonjour j’ai moi-même un blaser avec upgrade ( canon, piston, tête de pistion, guide ressort). J’aimerai réduire le bruit, avec vous des conseils à me donner.
    Cordialement

    • Je ne crois pas que quelqu’un ait publié une idée pour réduire le bruit de cette réplique, mais il y’a des bons tutus concernant d’autres répliques qui pourront t’aider sur Sniperland.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *