Retex : J’ai joué Plastron au Brevet eXtreMilSim 2013 !

photo 11

Depuis quelques années, des OP dédiées au sniper (où dans lesquels le sniper tient un rôle prépondérant) sont devenues des rendez-vous réguliers. Le trophée Craig Harisson, le brevet eXtreMilSim, le Challenge Concord, le Cheyenne Tactical Event .. accueillent chaque année les snipers passionnés.
En binôme, les joueurs doivent remplir leurs objectifs dans le temps imparti jusqu’au tir final. Face à eux, d’autres joueurs en opposition, sous la houlette directe des orgas : les Plastrons.
J’ai eu la chance ces 2 dernières années de participer à différentes OP dédiées aux Snipers organisées sur le territoire. Exclusivement engagé en binôme, j’ai trainé mon Vegetato et mon sac toujours trop lourd parmi les plus beaux paysages de France.
L’enjeu reste toujours le même : ne pas s’emmêler les pinceaux dans la carte, gérer l’emport, le sommeil… rester concentré.
J’avais rapidement gouté au rôle de plastron suite à mon abandon lors du trophée Craig Harrison 2011, mais c’était rempli de frustration, je n’avais pas vraiment apprécié ce court moment.
Cette année, je n’ai pas pu m’engager au sein d’une équipe. Finalement, mon emploi du temps s’est libéré et j’ai rejoint l’équipe des Plastrons pour ce Brevet eXtreMilSim 2013.
Sans amertume cette fois, car j’étais motivé par l’idée de connaitre un peu mieux le revers de ces évènements tant attendus par la communauté.

Je quitte donc Le Havre le mercredi 7 mai 2013 avec comme d’habitudes cette désagréable impression d’avoir oublié quelque chose, en direction de Blois pour rejoindre Groquik, on descendra ensemble le lendemain accompagné de Papillon.
Le long de la route, je consulte plusieurs fois la météo et constate qu’elle va se montrer plus humide que prévu.. Quoi de plus normal pour une OP organisée par eXtreMilSim, où la pluie s’invite toujours en guest.

Après une soirée où Groquik et moi dégustons un excellent whisky entre gentlemen-snipers, nous prenons la route le jeudi 8 mai, direction le plateau du Larzac pour rejoindre la rebellion Farc !

La route se fait sans problèmes, 5h plus tard nous arrivons frais et dispo en vue du parking des plastrons. Sur place nous attend un type débonnaire qui se présente sous le pseudo de Lillyh. On se met en tenue. Le dress code : guerilleros Farc .. OD ou Woodland minimum et camo dépareillé.
Il est temps de partir vers le campement temporaire des Farcs pour la nuit. Rapidement, on y rejoins quelques uns des acteurs de cet OP, les membres de l’équipe des Chimères qui ont troqué leur Vegetato pour de l’OD et du Woodland de rigueur.

photo 12

Peu à petit, le ciel qui jusqu’alors s’était montré clément, se couvre de nuages de plus en plus menaçants. Tout le monde s’affaire à s’arranger un campement, soit dans de plus ou moins vastes et profondes grottes creusées par le temps dans la roche, soit sous un tarp soigneusement installé.

photo 13

Revenons une année en arrière, le brevet 2012.. La nuit de l’OP s’était déroulé sous une pluie battante et par un vent à décorner les bœufs. Douloureux souvenir pour la plupart d’entre nous.
Cette première nuit de brevet ne sera pas aussi terrible, mais il pleuvra et le vent soufflera en rafales une bonne partie de la nuit.
On apprend que l’une des équipes qui prendra part au brevet dort sur un point haut du terrain, non abrité des intempéries. Il s’agit de l’équipe Alpha en CCE, composée de Renan, Nismo, Zab et Big-Storm.

photo 14

Quand on sait que Renan a beaucoup insisté sur son emport light la semaine précédent l’OP.. On ne peut s’empêcher d’esquisser un sourire sadique.. Mais cette équipe nous fera bien vite ravaler nos quolibets, comme vous le verrez par la suite.

Cette première nuit, je ne dors pas très bien. Je surveille le tarp pour que les gouttes ne le traversent pas. Parfois une goutte s’écrase sur le sursac étanche de mon duvet. C’est la condensation qui se forme sous la toile qui finit par former une gouttelette assez grosse pour tomber… L’air est saturé d’humidité. Le vent s’est bien sur invité aussi.. Sans trop prévenir, par fortes rafales qui font claquer le tarp.. Une nuit 4 étoiles !!

Le réveil à 6h est difficile. Nous assistons aux ateliers en compagnie de l’équipe Delta en Multicam, notamment composée de Belette et David.

photo 3

En premier lieu, on se dirige vers l’atelier Premier Secours, animé comme l’an dernier par Goreg. La piqure de rappel est nécessaire. L’atelier est le même que l’an dernier, que dire de plus d’une année sur l’autre, mais bien des détails finissent par nous échapper et cette révision s’est avérée nécessaire.

photo 4

On finit la formation autour d’un bon feu, le vent continuant à souffler très fort, un léger froid est bien présent en ces premières heures de la journée.

Ensuite, on prend la direction de l’atelier Escalade animé par Oliva. Entre chacun de ces ateliers, il nous faut une bonne demi-heure de marche.
Oliva nous présente quelques nœuds usuels en escalade, et bien pratique dans la vie de tous les jours.. Tels que le nœud en huit et le nœud de chaise.
Puis nous invite à enfiler un baudrier et à gravir 8m d’une paroi verticale, suivie d’une redescente en rappel.

photo 15

photo 5

Une petite virée de quelques minutes pour visiter une maison troglodyte d’où l’on admire un superbe panorama. C’est aussi pour ces moments là que je viens aux OP, ces pauses à des endroits où le monde s’étale devant vous.

photo 6

photo 16

photo 17

On rejoint après quelques dizaines de minutes de marche le nouvel atelier : les TAI (techniques d’actions immédiates), ou comment progresser en groupe et réagir à une attaque inopinée.
Conseillé par deux professionnels, Vanou et Blackcat des Chimeres, on y travaille les Tubes avant, arrière et les Roque. De quoi se sortir de situations difficiles sur les chemins encaissés du plateau du Larzac.

photo 7

photo 8

Après 3 heures de mises en situation et de drills, on prend la route pour le dernier stage de la journée : l’atelier Topo.
Située sur l’un des points culminants du terrain, cette dernière formation est distillée par un autre professionnel : Volkor. Au programme, topo, orientation, initiation aux coordonnées UTM et lecture de carte. Bref, pas mal de choses censées être acquises par les joueurs, mais ça ne semble pas toujours être le cas.

Nous voilà arrivés à la fin de cette journée de stage. Il est temps de débuter la 2ème phase du brevet eXtreMilSim : l’OP qui mettra en application les acquis des ateliers.

À 20h30, Volkor explique aux 4 membres de l’équipe Delta qu’ils vont devoir se scinder en 2 binômes. Le premier binôme devez se positionner pour un tir sur VIP le lendemain matin, les 2 joueurs restants devront observer discrètement les mouvements des Farcs durant la nuit et rendre un dossier complet au lever du jour. De quoi être bien occupés.

Du côté Plastrons, l’OP a aussi débuté. Tout le monde mange un morceau et se prépare pour la nuit. Des rondes nocturnes sur la zone de tir des VIP (tir prévu le lendemain matin) et des tours de garde du campement sont organisés à tour de rôle. La météo s’est assagie, le sommeil plus profond que la nuit dernière.

Dès le réveil, on forme l’équipe qui accompagnera le VIP. Il s’agit de Carlito Escobar, aka Papillon. L’escorte est composée de Vanou, Volkor et moi-même.
Nous empruntons le chemin désigné en scrutant aux alentours un eventuel binôme Sniper/Spotter planqué. Nous savons que Papillon est la cible de l’équipe Alpha et de son Sniper Renan.
Peu de temps avant la fin de notre route, le « ploc » tant attendu se fait entendre et Carlito Escobar s’effondre devant nous. Du 1er coup, le Sniper de l’Alpha Team a eu sa cible. En entendant une bille siffler proche de mon oreille, je réalise que je suis à mon tour la cible de ce tireur.. Je me mets à couvert. Volkor demande si quelqu’un sait imiter l’accent Sud Américain sans forcément tomber dans l’accent belge… Je me lance dans un tonitruant : Caramba ! Mah tou l’a touéééé !!!! qui sonne finalement plutôt italien..
Des bruits de fuite se font entendre. Nous n’entamons pas de poursuites et rentrons au bercail.
Les 2 autres VIP (destinés aux équipes Charly et Delta – l’équipe Bravo n’ayant pas pu participer au brevet) entament à leur tour leur marche vers le out. En fin de matiné, le sort des 3 VIP est fixé : seule Delta n’a pas rempli l’objectif, leur cible ne s’est pas présentée, erreur des orga.. Rien de grave, ce sont des choses qui arrivent.
L’unité Delta est prévenue de cette erreur et se voit attribuer les points de cette première phase de jeu.

Côté Plastrons, on s’organise pour la suite du jeu. On change de camp, direction une autre partie de cet immense terrain afin de préparer la suite des hostilités.

photo 18

Bouchbi, le Farc dormeur..
photo 19

Ariege, le Farc chemise..
photo 20

Les 3 équipes engagées sont prévenues qu’un parachutage de matériel pour elles a eu lieu, suivi des coordonnées de ce point de parachutage et un créneau horaire pour récupérer le colis.
La zone du colis a été soigneusement piégée. Plusieurs dizaines de mines et autres grenades à fil sont disséminées sur zone, jusque sous le colis parachuté ! Voilà qui promet du spectacle.

photo 10

photo 21

Le colis contient des chargeurs et des vivres confisquées à chaque équipe lors de son arrivée sur zone, ainsi que les instructions pour la suite de l’OP.
Tout autour, l’ensemble des plastrons est posté, paré à engager les malheureux afin de les repousser vers la zone piégée. Briefing avant le premier créneau de tir..

photo 23

On va pouvoir utiliser un peu le bolt..

photo 24

La 1ère équipe censée récupérer le colis : l’équipe Alpha, en toute logique alphabétique.
Le créneau, entre 16h et 17h..

Vers 16h, on entend 2 explosions successives à quelques minutes d’intervalle. Il y’a du monde dans les parages. Les mines disposées aux alentours ont surpris nos assaillants..

16h15.. À travers l’optique de ma lunette Sniperland je vois un type en CCE s’approcher de la caisse, hésiter.
Un autre que je ne vois pas lui gueule de se méfier.
Le premier s’en empare malgré tout et fuit.. 4 secondes plus tard, la grenade qui était placée sous le colis explose dans un gros Boum ! et un nuage de magnésie s’élève dans les airs.. Mais l’équipier Alpha est déjà loin. Cette mission est un succès pour eux.


à partir de 2min50..

Le prochain créneau de tir est destiné à l’équipe Charly (en SOCOM). Mais ces derniers, égarés, ne se présenteront pas.

Volkor défait le piège placé sous le colis et qui était destiné à Charly, afin de mettre en place le piège destiné à Delta, dernière équipe à effectuer la mission de récupération du colis parachuté..

photo 25

photo 26

photo 27

photo 28

photo 29

Fidèles à leur réputation, les membres de l’équipe Delta interviennent de façon musclée. Après avoir gravi un pic d’où s’étaient posté nos deux photographes Groquik et Oliva et les avoir descendus, les Bulldozers de Montauban (dont la devise est « Toujours en avant ! ») ont entrepris de nettoyer la zone de toute présence hostile avant de récupérer leur colis. C’est ainsi que l’équipe des Plastrons (dont la consigne était de tirer mais pas sur les joueurs, afin de créer une confusion et leur permettre de rajouter encore un peu d’Adrénaline dans leurs veines) se sont fait rusher à grands coups de rafales.

Les plastrons qui ne s’y attendent pas sont quelque peu pris au dépourvu. Une première ligne de défense tente de faire opposition mais est rapidement décimée. Les autres fuient. Satisfait de leur hécatombe, se dirige dès lors vers leur colis. C’est à ce moment que les plastrons rescapés se réorganisent. Mais la consigne continue d’être ne pas faire feu directement sur les joueurs afin de leur laisser une chance de terminer.
N’ayant pas encore eu l’occasion de tirer une bille, j’outrepasse la consigne et tente un tir désespéré depuis une distance qui me laisse peu d’espoir de réussite. Par chance mon tir atteint son but (72m mesuré au télémètre).

photo 30

Au même moment, et depuis une autre partie de la zone, Bouchbi engage la même cible. Belette de la Delta team s’effondre après s’être pris 2 billes, juste à coté du colis piégé. Alors qu’un de ses coéquipiers soulève le colis pour l’emporter, les deux aperçoivent en même temps la grenade, qui explose.
Mission réussie pour Delta. Pas d’une finesse extrême, mais à chacun ses techniques de jeu.

Pour les plastrons, c’est la fin de la journée. Le campement se pose à proximité. On déguste un verre de Porto en devisant. La convivialité est excellente. La journée a été bonne. On allume un feu et chacun réchauffe sa pitance. Chacun choisit un emplacement où monter son tarp. C’est ça aussi d’être plastron. La fonction garantit un certain confort. Pas du grand standing, mais moins « à l’arrache » que les joueurs de l’autre camp.

photo 31

22h, tout le monde se couche. Le réveil est prévu à 4h le lendemain, pour l’ultime phase de jeu. Fin de partie estimée vers 11h. Aucun tour de garde n’est prévu pur la nuit. Sebastos, l’organisateur principal préfère que les joueurs dorment bien avant de reprendre la route le lendemain. Certains viennent de loin, c’est mon cas, et je salue donc l’initiative.

Ce matin, les 3 équipes engagées, Alpha, Charly et Delta doivent prendre contact avec un dernier partisan. Suite à ce contact, la consigne est claire, l’ensemble des plastrons devra poursuivre et engager les joueurs adverses pour les empêcher de s’exfiltrer.
A ce moment, je me vois confier le rôle que j’attendais un peu : surveiller les alentours du dernier point de contact avant l’exfiltration des équipes plus bas dans la vallée.
Il ne fait pas très chaud au petit matin et le vent souffle de nouveau très fort sur le plateau. Oliva, Hicks, son superbe SVD et moi partons nous positionner alors que le reste des plastrons se place à proximité immédiate du point de contact. C’est Goreg qui jouera le partisan.

Le jour se lève peu à peu laissant apparaitre des paysages aux couleurs chatoyantes.

photo 32

photo 33

photo 34

Alpha, la première équipe attendue ne se présentera jamais à ce point de contact. Je suis surpris qu’ils échouent à cet endroit, comparée à leurs performances sur le reste de l’OP. Ils se verront remettre les coordonnées du point d’exfiltration.
Charly prendra contact avec le partisan dans les temps. Peu avant, nous les voyons passer à 40m en contrebas. Mais le vent m’empêche de réussir tous mes tirs. Mes billes filent droit vers leur cible tant qu’elles sont cachées du vent par la paroi du rocher, mais 10m avant de toucher, elles obliquent radicalement dans la direction du vent.
Les feuilles 3D de ma boonie Jack Pyke claquent dans le mistral, me faisant entendre des tirs d’AEG fantôme. J’ai mis un moment avant de comprendre que ça ne tirait pas, mais que c’était bel et bien les feuilles sur ma tête qui vrombissaient dans le vent… L’équipe Charly rejoindra le véhicule d’exfiltration avec succès.
Delta rejoint le partisan. Les plastrons se préparent à riposter de manière virulente, connaissant les habitudes de jeu et la puissance de feu de cette équipe. Malgré quelques pertes, l’équipe Delta arrivent à rejoindre le point d’exfiltration après être redescendue du plateau. Nous les voyons se précipiter vers le véhicule d’exfiltration. Mission réussie pour eux aussi.

C’est l’heure des retrouvailles sur le parking. Les félicitations aux équipes, on se raconte des anecdotes, se remémore les bons moments.
Chacun se sépare de ses fringues de jeu, parfois portées 3 jours et 3 nuits durant. S’assoir dans le sièges d’une voiture a quelque chose de divinement agréable.

Le bolt de Renan..
photo 35

photo 36

photo 37

photo 38

Puis rapidement, on se dit A bientot, pour de nouvelles aventures. C’est l’heure de rentrer chez soi constater que tout est bien resté en place.

photo 39

Ce brevet fut un grand cru. L’organisation gérée par Sebastos, Oliva, Goreg, Volkor et Bouchbi fut au top !
Les phases de jeu se sont bien enchainées. Les moyens pyrotechniques ont contribué au rôle play.
Tous les plastrons ont joué le jeu du dress code avec plus ou moins de réussite, mais globalement cohérent. L’ambiance des bivouacs a été des plus bonnes. L’association Varoise des Chimères s’est bien impliquée dans le jeu, comme elle l’avait fait pour le TCH 2012. Leur bonne humeur fut contagieuse, leur efficacité en jeu redoutable. Merci à Vanou, Blackcat, Hicks, Brutus et tous les autres dont je ne me rappelle plus les noms..
Merci à Groquik et Papillon pour les bons moments de rigolades et leur état d’esprit toujours au beau fixe !

J’ai beaucoup apprécié cette OP. La convivialité dans le camp plastron fut au top. Pouvoir dormir dans un confort supérieur, même si tout est relatif n’est pas déplaisant du tout.
Malgré tout, il reste une certaine frustration de ne pas avoir à atteindre un objectif précis.. L’interdiction très fréquente d’engager les cibles dans les phases de proximité finit par peser.

Mais globalement, l’expérience m’a beaucoup plus, on profite tout autant du terrain, si ce n’est plus quand on patrouille avec Oliva. Je suis bien incapable de dire si je préfère jouer plastron ou binôme infiltré désormais.

Merci à Groquik pour les photos superbes.

– Fred –

Category(s): Évènements passés
Tags: , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *