Retex du Cheyenne Tactical Event 2013 par AzArus et Rom’s de la team Tango 3 – 1ère partie

Cette année encore, les terres du Mont Ventoux ont acueillis l’OP de Sud Airsoft : Le Cheyenne Tactical Event 2013. Parmi les concurrents de cette année, 1 binôme s’est particulièrement distingué, il s’agit d’Azarus et de Rom’s, tous deux membres de la team MilSim Tango 3. Cette équipe dont les 9 joueurs ont pour indicatif de T31 à T39 est basée à Paris.

 

RETEX CTE 2013

 1ère Partie

 

Grâce à quelques entrainements à Fontainebleau et quelques tests d’emport, nous voilà fin prêts.

Après un trajet de 6 heures (nous venons de Paris), nous voilà arrivés sur le parking le vendredi à 14h30. Un binôme est déjà présent : Dusty et Jex. Les orgas arrivent avec la jeep et le combi. L’accueil est sympa, tout le monde se présente.

Rencontrer pour la première fois Dusty, qui m’avait bien aidé pendant ma préparation, fut un réel plaisir.

Rom’$ : Pour ma part j’ai eu un ressenti particulier quand les orgas nous ont vu ; « C’est qui ces touristes » était sur leurs lèvres. Peut-être avaient-ils des doutes en nous voyant arriver avec tout notre matériel de camping étrange !

Bref on charge le combi, pardon, on surcharge le combi. Petite séance de 4×4 amusante.

Arrivés à la zone de campement, on passe le bonjour aux personnes déjà présentes, on installe la tente. On fait ensuite les tests au chrony (qui avait quelques petits soucis, heureusement j’avais le mien sur moi et on vérifie que nous avons bien amené tout le matériel obligatoire dans nos sacs. Tout est OK.

Les joueurs arrivent au fur et à mesure, on se présente, on discute avec ceux qui ont déjà participé l’an dernier et on récupère des conseils à droite à gauche. L’ambiance est plutôt sympa.

Un grand merci à Dusty pour tous ses conseils qui nous ont vraiment beaucoup aidés tout au long de notre challenge et aussi à Van pour ses explications sur le Garmin.

Après quelques tests réplique plutôt concluants, on se rend compte que la végétation du coin n’est vraiment pas comme celle de la région parisienne : pour faire simple tout est hostile ! Que des cailloux, des buissons ou des arbres à épines.

La soirée défile, la nuit commence a tomber, on décide de s’allonger dans la tente pour faire un petit somme mais à notre grand désespoir nos voisins de derrière ont une autre idée pour passer le temps, converser.

Les discussions de nos voisins s’enchainent, puis vient l’heure de l’apéro (Merci au belges pour la beerbecue !) et du briefing du CTE 2013.

Rom’$ : Un petit coup de stress sur les nouveautés 2013, en l’occurrence les patrouilleurs … Environ 60 joueurs…

Il est temps de faire une petite sieste, on s’installe dans la tente et là, stupeur, il n’y a quasiment plus de bruits environnants mais le sommeil ne veut pas venir… Le stress est bien là.

00H10, nous venons de tomber dans les bras de Morphée, juste avant d’être réveillés par l’appel de notre numéro de binôme : « BINÔME 13 !!! ».

Il est 00h39, il faut rejoindre notre orga attitré. On nous amène 500m plus loin.

Papounet : « Voici votre enveloppe, vous avez 10 secondes pour disparaître !! » Rom’$ essaye de demander des explications à Papounet, je l’attrape par le sac pour lui faire comprendre qu’il ne rigole pas et qu’il faut vite déguerpir.

A ce moment là, on tape un sprint dans la forêt sans trop voir où on allait. Obligés de courir sans lampe pour qu’il ne puisse pas voir notre direction et que les patrouilleurs ne nous repèrent pas… On trouve un arbre couché, on s’y installe pour reprendre notre souffle et y ouvrir l’enveloppe.

 

 

Objectif n°1 : Se rendre au point 68450E;4891400N pour récupérer des informations dans un commerce, tenue civile exigée. 68450E?? D’après moi ils ont oublié le dernier 0 soit 684500E.

Nous relevons notre position (686335;488572Smilie: 8) et nous nous fixons des checkpoint à atteindre. Nous partons en direction du premier à 1h09. On s’aperçoit qu’il est trop loin donc un Check Point 2 (CP2) s’impose.

Pensant que les patrouilleurs seraient hostiles dès le début du challenge, nous décidons de ne prendre aucun chemin et de suivre des azimuts brutaux à travers la forêt.

CP2 : 685600;4886750.

Premier problème… Rom’$ n’a qu’une frontale classique sans filtre rouge, donc visible de très loin. La seule solution était donc de se suivre de très près et qu’il me tienne par le sac.

Deuxième problème… comme dit précédemment tout est hostile dans le Ventoux, entre chaque sapin se trouve un autre épineux ou des ronces, formant un mur quasi impénétrable. Le peu de fois où il y a un petit passage dégagé, il nous amène dans un autre mur. La solution adoptée, serrer les dents et passer par dessus les épineux, ou ramper sous les sapins.

D’un coup, plus aucun arbre mais un champ avec une bonne odeur de lavande, petit stop pour contrôler qu’il n’y a personne… puis un bon sprint. Arrivés au milieu du champ, 2 phares… « La jeep ! » puis les patrouilleurs. Impossible de savoir à quelle distance ils sont et de savoir s’ils nous ont vus.

On finit de traverser à la hâte et courons nous cacher sans lampe dans un petit amas de sapins.

Azarus : « J’ai des ronces dans le cul ! »

Impossible de bouger, des bruits de pas se rapprochent. Les patrouilleurs passent à quelques mètres de notre cachette de fortune sans nous détecter. Après quelques minutes de silence, le stress retombe et on reprend la marche en file indienne.

La galère recommence… 5m un sapin… 5m un arbuste plein d’épines… La nuit va être longue… Surtout que nous nous déplaçons avec une seule lampe frontale avec filtre rouge et avec la crainte de rencontrer des patrouilleurs.

Une petite pause redbull s’impose d’elle même arrivés dans un petit dégagement au milieu de cette forêt dense, à 2h30.

Puis direction CP2 qui nous amènera sur les mêmes courbes de niveau que CP1. On arrive finalement au CP2 à 3h00 où on fera un petit point topo.

A présent direction CP1 en suivant la combe.

CP1 : 683700;4887100. Arrivé à 5h20. Le jour commence à pointer le bout de son nez.

En essayant de rejoindre CP3 : 683150;4887100, on s’aperçoit que le début de la combe est un ravin. Impossible de descendre. Il doit faire une dizaine de mètres, on cherche un passage mais l’endroit est très végétalisé et escarpé. On finit par trouver un petit chemin de 50cm de large dans la roche qui nous permet de descendre. Ça nous remet du baume au cœur, on descend vers CP3, qui est situé sur un PR. Nous voilà dans notre première combe, la Combe de la font d’Angiou.

Petit arrêt, on rentre les coordonnées de CP4 dans le GPS : 683350;4887650. On part, la grimpette commence. En cours de chemin vers CP4, on tombe sur un passage qui n’est pas indiqué sur la carte mais qui nous permettrait de faire moins de km que prévu, en contrepartie la pente est bien raide ! Réévaluation du CP4 : 683000;4887770.

Un peu avant d’arriver à CP4, petite pause déjeuner et pose de pêche pour Rom’$. Nous arrivons à notre check point à 6H20. Il est temps d’accélérer la cadence, vu que le jour s’est levé et que le dénivelé est un peu moins important. On se fixe donc d’autres check points.

Un peu avant d’arriver à CP5 on entend des bruits de véhicules, mais sachant que le RD (Route départementale) n’était pas loin je ne m’inquiète pas plus que ça. D’un seul coup je vois Rom’$ cavaler ! Je me mets à courir derrière lui en me disant qu’il avait dû voir quelque chose arriver.

Rom’$ : Après avoir entendu un bruit de moteur se rapprochant de notre position, j’ai flippé et je me suis mis à courir pour me mettre à l’abri derrière les restes d’une bâtisse en pierre sur le bas-côté du chemin. En fait la jeep ou un autre véhicule avait du passer sur le RD pas très loin. Azarus m’a suivi mais s’est bien moqué de moi quand il a su pourquoi j’avais pris mes jambes à mon cou. C’était pour voir s’il était toujours en forme Smilie: ;)

CP5 : 682920;4888625

CP6 : 682700;4888700

CP7 : 682675;4889375 arrivée à 7h16.

 CP8 : 683175;4889575. La fatigue se fait sentir sur cette portion, le chemin que nous empruntons n’est fait que de cailloux, ce qui rend particulièrement fatigante l’ascension. Une fois arrivés (7H40), une pause s’impose. Surprise ! Le binôme 11 apparait au loin. On attend un peu avant de reprendre notre chemin. Une fois en route ils nous aperçoivent et se cachent dans la forêt. On leur fait un petit coucou avec la carte en espérant qu’ils n’aient pas la gâchette trop facile et nous traçons la route vers CP9.

CP9 : 683825;4890450. De la montée toujours de la montée…

CP10 : 683725;4890625. Arrivée à 8H10. Soulagés de notre avance, on décide de profiter du panorama et de la vue sur la combe de la grave. On fixe alors l’itinéraire pour arriver au point de rendez-vous.

CP11 : 684050;4890850. C’est le début de la descente de la combe, ce n’est pas parce que ça descend que c’est reposant, loin de là…

Arrivés en bas, CP12: 684050;4890850 est à notre gauche. Nous sommes à découvert donc on ne traine pas ! On prend à gauche dans la précipitation et on monte ! Problème : mauvaise direction. Allez hop nouvelles coordonnées pour CP13 : 684267;4891541.

Ça monte dur, Rom’$ fait le berger et ramasse des bâtons pour s’aider. Mais c’est d’autant plus difficile car dans la montée se trouve un amas de feuille et nous donne l’impression de marcher dans du sable, ce qui ne nous aide pas du tout. Petite pause en haut.

On décide de la position de CP14 : 684451;4891538 surplombant le point de rendez-vous. En y arrivant, des charmes nous barrent la route, on se vautre, on s’en prend plein la figure mais on prend tout à la rigolade ^^. On finira par trouver l’issue de ce merdier sans nom.

Arrivés à CP14 (9H45), on enfile la tenue civile et on planque nos affaires sous nos ghillies. Le soleil est là, on en profite pour faire un peu bronzette, mais le ciel ne tardera pas à se voiler. Allez hop essayage de ghillie pour se tenir chaud, mais il fait très froid d’un coup. On entend des voix s’élever en direction du point de rendez vous.

Azarus : « L’entrevue d’un des autres binômes a du trop s’éterniser et les esprits se sont échauffés. »

On attend, on attend… Le réveil sonne c’est l’heure (11H25)! On descend au point de rendez-vous, personne et surtout rien qui ne ressemble à un commerce au milieu de cette forêt, même pas une cabane ! Mais nous sommes en avance de 10 min, alors on tourne, on tourne, on cherche dans les moindres recoins, personne à part un membre d’un des binômes qui a disparu aussitôt après nous avoir vu. Il est 11h45 exactement et toujours rien ! On décide d’appeler le numéro indiqué sur la feuille, stressés de rater le CTE. Après quelques explications sur notre situation et notre position, on nous dit que les coordonnées indiquées sur la feuille sont erronées et que le point est 900m plus loin au chalet Reynart. 900m ? Ok on y court ! (En short). Là ça descend sévère, ça remonte, ça redescend dans la combe et quand on voit qu’on doit remonter la combe qu’on a descendue 2h plus tôt le moral en prend un sacré coup. On se fait tout ça en 15min mais arrivé là-haut nous sommes à bout de souffle.

Papounet est là ! Il nous lâche un « vous n’avez pas vos affaires ?? » Bim c’est le coup fatal. On apprend que les voix que l’on entendait étaient en fait Papounet qui s’égosillait dans la combe pour essayer de prévenir les binômes que les coordonnées étaient fausses… Il appelle BH pour nous prendre en jeep mais un brouillard à couper au couteau apparait et BH ne peut pas prendre la route. Après quelques minutes d’attente enveloppés dans le brouillard glacial (nous sommes encore en short), il ne nous reste qu’une seule solution, on retourne à nos affaires à pied. Arrivés là bas, BH nous attend avec la Jeep. 1 heure s’écoulera en attendant que le brouillard se lève. Là-bas on charge le 4×4 puis on repart en direction du chalet pour récupérer les enveloppes.

BH décide donc de nous amener au rat en vue du temps perdu… Entre temps on prend le mauvais GR en 4×4 donc demi-tour. On arrive au rat sur les coups de 14h00, toujours en civil, on se change et on prend une pause pour manger car on s’était retenu en se disant que l’on pourrait manger après avoir rempli le premier objectif.

Bref il est 14h30, on ouvre l’enveloppe pour voir notre objectif. Surprise il y a un objectif intermédiaire, on doit abattre 2 gardes du corps pour exfiltrer une taupe qui détient les informations nécessaires sur la cible finale. On entend à la radio et par les orgas que des binômes se font sortir à la pelle et que les patrouilleurs sont très efficaces. Il va falloir être prudents et se faire discrets.

On se fait un itinéraire aux petits oignons qui nous fera faire plus de kilomètres mais qui d’après nos suppositions nous évitera de croiser tous les patrouilleurs.

Le vrai jeu commence, pour le moment nous sommes méfiants mais on avance bien. Le dénivelé est léger et la zone qu’on traverse est dégagée.

Point n°1 (P1) : 687100;4889650

P2 : 687150;4889435 La pluie commence à tomber.

P3 : 687225;4889260 Les pieds sont trempés.

P4 : 687375;4889090 Les vêtements sont humides.

Après quelques centaines de mètres dans la forêt, on réadapte notre itinéraire avec le terrain et on décide d’aller plein sud en vue d’un terrain plus favorable.

Nous sommes trempés ! En longeant le chemin pédestre on aperçoit le 4×4 des patrouilleurs et un de leur camp à 200m de l’autre côté. On ne traine pas trop dans les parages.

P5 : 687600;4887175.

P6 : 687700;4886750 Le moral est au plus bas. Deux biches nous passent devant ! C’est la surprise. En revanche on n’a toujours pas croisé de patrouille, peut-être sont-ils à l’abri.

P7 : 687200;4886050 Toujours pas moyen de trouver un arbre qui abrite correctement, et dès qu’on s’arrête on est gelés… Toujours aucun signe de vie de nos ennemis mais il faut dire que nous ne sommes pas passé par les chemins les plus aisés. Marcher ne nous fait pas peur tant que nous sommes à l’heure.

Après avoir traversé une grande plaine complètement dégagée, nous nous sommes abrités sous le seul arbre du coin, avec nos répliques trempées et tous nos vêtements imbibés d’eau, une envie d’abandon nous a traversé l’esprit…

Le trajet commence à être long et on commence à croire à une supercherie du GPS.  Après quelques réétalonnages, il avait bien raison et nous reprenons notre chemin. Il pleut toujours… On se dirige vers la portion de chemin qui est le point de rendez-vous. Quelques minutes plus tard une forme étrange m’interpela.

Azarus : « On dirait pas une cabane derrière les arbres ? »

Il est exactement 17h34. On décide de s’y faufiler. Le toit n’est franchement pas étanche, je décide de le bricoler un peu en mettant des planches pendant que Rom’$ essaye de nous protéger du vent avec ce qu’il peut.

On commence à se les cailler grave ! On éponge les chaussettes, les semelles et on met un t-shirt sec avec un pull. Les seules choses qu’il nous restait de sec d’ailleurs. Rom’$ pense alors à la couverture de survie. Elles ne nous réchauffe pas mais nous protège du froid et empêche notre chaleur corporelle de partir. Rom’$ met son CADPAT à l’entrée de la cabane pour le faire sécher et camoufler un peu plus la cabane. On sort la ghillie pour se tenir un peu chaud. A ce moment-là le doute s’installe, reste-t-il des équipes en jeu avec cette température et ces intempéries ? On décide de prendre la radio et de se mettre sur le canal d’urgence :

Radio : « Binômes 10 et 11 ne sont plus en jeu »

Rom’$ : « Oh purée ça y est encore deux binômes de sortis »

Azarus : « Binôme 13 à orga, reste-il des binômes en jeu ? »

Orga : « Oui Azarus et Rom’$ ne vous inquiétez pas, assez pour faire un classement »

Allez il faut se motiver, on nettoie la cabane (d’1m2). On attend une heure debout car avec le pantalon mouillé et les égratignures sur les jambes on n’avait pas vraiment envie de s’asseoir. La jeep de patrouille passera deux fois, ainsi que cinq patrouilleurs qui se sont arrêtés devant… gros moment de stress…

Un des patrouilleurs : « On dirait des toilettes, non ? ».

Encore heureux qu’il n’y en avait pas qui avait envie de pisser…

20h00. On part vers notre mission secondaire.

Rom’$ : J’ai des doutes sur notre position et du chemin qu’on surveille.

Azarus : « Exact. Mauvais chemin, on change ! »

Problème de retranscription de coordonnées sur le Fortrex. Heureusement, nous étions en avance, changement de position. On parcourt le chemin sur quasi toute sa longueur, impossible de trouver une bonne position pour abattre les deux gardes. Arrivés quasiment au bout du chemin, on se met en position. Moi après le virage derrière une branche de sapin et Rom’$ un peu plus loin sur ma gauche. On attend alors sur le site pendant 20 minutes.

Rom’$ : une douleur dans les genoux se fait ressentir.

Ils arrivent ! Problème, ils sont en file indienne. Impossible d’abattre les deux gardes sans mettre la vie de la taupe en danger. L’agent infiltré s’écarte doucement sur la gauche, je fais mon premier shoot. Manqué… mais ils n’entendent rien.

Rom’$ : Ils n’ont rien vu, mais ils se rapprochent de moi.

Je recharge, l’agent infiltré voit ma main droite bouger (j’avais du laisser mes gants pleins d’eau à la cabane). Il se ré-écarte, je retire ! Plein cœur dans le garde de droite, je recharge et aussitôt je retire. Plein cœur dans le second ; les deux gardes du corps sont à terre.

Nous sautons sur la taupe pour récupérer l’enveloppe qui nous est destinée. On la récupère et on débarrasse le plancher en moins de 10 secondes. Nous étions arrivés si loin que nous ne pouvions pas nous arrêter. Arrivés à notre refuge, on ouvre l’enveloppe, nous devons abattre la cible à 9h00 dans le camp anglais avec un créneau de 3 min.

On prépare nos MRE pour le diner. Une fois l’estomac rempli, on s’enveloppe dans les couvertures de survie et c’est parti pour essayer de survivre et se cacher toute la nuit dans une cabane d’un mètre carré, avec des patrouilleurs qui passent devant sans arrêt. Le réveil est programmé à 7h00. La nuit va être longue !

Fin de la première partie.

2ème et dernière partie coming soon !

– AzArus –

 

Team: TANGO 3

MILSIM Airsoft Group / RANGERS / DEVGRU

Facebook

YouTube

Partenaire: www.shootercbgear.com

Instagram: @tango3milsim #tango3milsim & #tango3

Category(s): Évènements passés
Tags: , , , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *